Tempête de rumeurs

Le bruit court que la route est longue
Le ciel gronde, les tourbillons dansent à tout rompre.
La furie des dunes de nuages ébranle le sable des sécheresses endurcies.

Et tu peines à arpenter les lignes de ces temps hostiles
Tu crains pour le pain de la course du jour
Tu cries au malheur
Tu pleures, avant même que le ciel ne rompe ses réserves diluviennes

Au-delà de ce déchaînement, tes pauvres yeux sont impuissants : le pain du labeur de ce jour, la diète sèche de la nuit …
Ils entravent ta vue sur la splendeur des chants et des nymphes à venir… Patience et Silence dans la tempête, les soleils de demain n’en seront que plus parés.

Sandry Richard GBETEY, Calavi, ce 19 juillet 2019.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils