Pour toi qui viens.

Je dépose au large des deux rives du temps qui passe le flot de labeurs
Je chante des rêves de splendeur au temps qui danse
Je regarde au loin des silhouettes de colombes enjouées
Les nuées disent tes louanges

L’horizon aux deux rives fit charpente
Le Ciel s’ouvre de son torrent de grâces
Qui jusqu’à nous draine généreux des courants de promesses

Je te prends sous les ailes des airs cadencés
Je te couve de mes orages enfiévrés
Pour élever ta flamme jusqu’au seuil du jour naissant
De l’exquis ambre
De tes vagues de luxe
Carrefour de nous trois
Tes yeux…

Mes bras

Tes pieds...

Richard GBETEY, ce 31-12-2018
Pour l’Amitié… Bonne année 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *